Implantologie

Notre philosophie est de traiter nos patients tels que nous aimerions être soignés : les mêmes produits, les mêmes conditions d’hygiène, les technologies les plus avancées qui soient, les mêmes techniques de pointe, le même plan de traitement, la même relation humaine.

Pour répondre à quelques-unes de vos interrogations...

Qu’est ce qu’un implant ?

Un implant est racine artificielle qui deviendra un support, une "fondation" pour une couronne, un bridge ou un appareil.

Implant dentaire
Pourquoi remplacer une dent manquante ?

En dehors de l’aspect esthétique ou la mastication, l’absence d’une dent provoque le mouvement des dents environnantes et leur fragilisation.

Comment remplacer une dent manquante ?

En positionnant une racine artificielle, l’implant dentaire sur lequel sera placé une couronne.
L’imagerie 3D et le logiciel de planification virtuelle permettent de réaliser une chirurgie extrêmement précise, minutieuse et localisée. Tout est petit en bouche, cette intervention sera très fine.

Implant ou bridge ?

Un implant permet de remplacer la dent manquante sans toucher aux dents adjacentes. Moins une dent est taillée moins elle sera fragilisée.

Quand il manque plusieurs dents, faut-il autant d’implants que de dents manquantes ?

Deux dents côte à côte seront remplacées par deux implants. Mais au delà, nous faisons des "ponts" entre les implants. Il n’y aura pas autant d’implants que de dents manquantes.

J’ai un appareil complet qui ne tient pas, je veux qu’il tienne sans le coller, que puis-je faire ?

Nous pouvons stabiliser un appareil complet récent par deux implants (pas besoin de quatre comme dans la vidéo de démonstration) et un système de "clipsage".
Cela restera un appareil amovible mais il n’y aura plus besoin de colle pour le faire tenir.
Ce système est efficace à la mâchoire inférieure.

J’ai un appareil complet ou je vais en avoir un, j’ai suffisamment d’os et je voudrais des dents fixes, quelle solution ?

Si l’imagerie 3D nous indique suffisamment d’os, nous pouvons reconstituer une arcade sur six implants à la mâchoire inférieure et sur six à huit implants à la mâchoire supérieure.
Les dents seront totalement fixes.

J’ai un appareil complet ou je vais en avoir un, je voudrais des dents fixes mais je n’ai pas assez d’os, est-ce possible sans greffe ?

Après planification virtuelle d’après les radiographies, nous pouvons disposer quatre implants à la mâchoire inférieure et six à la mâchoire supérieure. La chirurgie sera extrêmement précise pour utiliser le peu d’os restant.
Le bridge fixe qui sera réalisé sera légèrement raccourci par rapport à une arcade normale.

On m’a dit que je manquais d’os, dois-je avoir une greffe osseuse ?

Pas forcément. Cela mérite d’être analysé.
En effet, les nouveaux matériaux et surface permettent d’utiliser des implants plus courts et plus fins qu’avant. Ainsi, un faible volume d’os recevra un implant moins volumineux mais tout aussi résistant.
De plus des techniques avancées comme les logiciels de planification, les implants angulés, la chirurgie guidée permettent d’exploiter l’os résiduel.
Si la quantité d’os est trop faible, alors il faudra envisager une augmentation osseuse.

Comment se déroule une augmentation osseuse ?

Il y a différents stades donc différentes techniques. Cela peut se faire de manière très localisée en utilisant des produits de substitution ou en prélevant de l’os souvent dans le secteur des dents de sagesse par exemple.
Dans tous les cas, il n’y aura pas de prélèvement en dehors de la bouche, l’intervention reste minutieuse et fine sous anesthésie locale.
Il est primordial de n’être ni traumatisant avec l’os ni avec notre patient. Donc tout se passe en douceur.

Aménagement gingival

Parfois pour gagner en esthétique ou renforcer le pourtour d’un implant nous renforçons la gencive. C’est un geste fin et délicat, avec un prélèvement au palais. La cicatrisation du palais se fera de la même manière qu'une cloque ou qu'une égratignure classique.

Anesthésie locale ou générale ?

Tous les traitements que nous réalisons s’effectuent sous une anesthésie locale identique aux soins classiques. Nous adaptons la quantité d’anesthésie au type d’intervention.

Peut-on avoir mal pendant ?

Le confort de nos patients pendant l’intervention vaut tout autant que la réussite du traitement. Il n’y a aucune douleur grâce aux anesthésies.
Il est impossible pour nous de travailler précisément s’il y a la moindre sensibilité.

Peut-on avoir mal après l’intervention ?

La douleur est très variable en fonction des personnes. Pour éviter tout risque de réveil douloureux, nous prescrivons à l’avance des antalgiques. Ces antidouleurs classiques seront pris avant même une quelconque sensation pendant les premières 24 heures puis ne seront utilisés que si nécessaire.

Est-on enflé après l’intervention ?

En fonction de la région et du type d’intervention, un œdème et parfois un hématome peuvent apparaître. L’application de poche de froid, des séances de LED médical et l’homéopathie permettent d’empêcher ces phénomènes ou de les résorber rapidement.

Quel type d’implant utilisez-vous ?

Notre choix est de travailler avec un seul système implantaire. C’est un laboratoire suisse, pionnier dans l’implantologie et continuant à faire des recherches et des innovations. Tous les produits sont testés, garantis.
C’est aussi un choix dans le temps, la société existe depuis plus de 60 ans. De nombreuses marques se sont créées puis ont disparu en laissant des produits en bouche totalement obsolètes.
Comme pour le scandale des implants mammaires, c’est à nous, chirurgiens de choisir nos produits en toute connaissance de cause.

L’implant est en quelle matière, y a-t-il des rejets ?

Les implants haut de gamme étaient habituellement en titane grade 4, un matériau biocompatible ne provoquant pas de rejet.
Les dernières avancées technologiques ont abouti à son association avec le zirconium pour créer un alliage encore plus performant et plus résistant.
Ce sont ces racines artificielles en Roxolid que nous utilisons pour tous nos patients.
Nous avons également à notre disposition une nouvelle génération d’implants sans titane, en céramique.
Ils sont très esthétiques mais ne peuvent cependant pas répondre à toutes les situations cliniques.

Combien de temps faut-il attendre avant d’avoir les dents définitives ?

Une durée de consolidation, l’ostéointegration, est nécessaire pour permettre une liaison entre l’os de la mâchoire et l’implant, comme pour une fracture qui se consolide.
Ce délai varie entre deux à quatre mois et dépend de la qualité de l’os, de la capacité de cicatrisation.
Une surface implantaire très innovante a été conçue pour optimiser la phase de cicatrisation et palier certains « terrains » défavorables. Nous avons fait le choix de n’utiliser que cette surface implantaire pour tous nos patients quelle que soit la situation clinique afin de mettre toutes les chances de réussite de notre côté.

Dois-je rester sans dent toute cette période ?

Il est hors de question de rester sans dent s’il s’agit d’un secteur esthétique ou d’une mâchoire complète.
Une de nos spécialités est de permettre à nos patients d’avoir des dents provisoires fixes lors de la phase de consolidation. Une fois l’implantation effectuée, les dents provisoires seront fixées dans la journée. Cela s’appelle la mise en charge immédiate.
Il n’est pas prudent ou utile de mettre des dents provisoires dans les secteurs arrière et peu visibles.
Certaines situations, comme les greffes osseuses ou le port d’appareils amovibles peuvent exceptionnellement nous priver de dents quelques jours.

Y a-t-il des échecs ?

Il n’existe pas de rejet car ce n’est pas une greffe d’un organe provenant d’une autre personne.
Il n’y a pas de risque zéro en chirurgie mais le taux d’échec est faible, de 2 % à 5 %.
Cela se manifeste dès les premières semaines car un phénomène est venu perturber l’intégration à l’os.
En cas d'échec, on remplace l'implant qui n'a pas pris par un autre, quelques semaines plus tard.

Quelle est la durée de vie des implants ?

Un implant  ostéo-intégré peut le rester à vie. Certains implants posés il y a plus de 20 ans  ne présentent aucun signe de faiblesse. Cependant tous les implants ne restent pas à vie. Cela dépend du corps de chacun, de l’entretien de la santé buccodentaire, de la régularité des contrôles.
L’hygiène de vie et le tabagisme auront une influence sur la pérennité des implants.

Quels sont les facteurs de risque ?

Une mauvaise hygiène buccodentaire, le tabagisme augmentent les risques d’échec.
Le tabac n’est pas un contre-indication formelle aux implants, en revanche nous ne ferons pas de reconstructions osseuses ou gingivales s’il n’y a pas un arrêt pendant plusieurs semaines avant et après.
Des pathologies importantes (risque d’endocardite infectieuse, maladies psychiatriques…) et certains médicaments (biphosphonates, NACO…) seront des contre-indications majeures.

Qu’en est-il du prix ou du remboursement ?

Le premier rendez-vous n’est pas une consultation classique effectuée chez votre praticien. La durée sera de 30 minutes, nous aurons besoin de vous connaître, connaître vos besoins, établir un bilan global détaillé. Le plan de traitement est expliqué et un devis est établi.
Cette séance tout comme les actes implantaires n’est pas prise en charge, c’est à dire non-remboursée par la sécurité sociale.
Les implants et la prothèse sur implant seront éventuellement pris en charge, partiellement, par une mutuelle complémentaire selon le contrat souscrit.

Matériel High Tech

Bloc opératoire

Au sein du cabinet se trouve une salle dédiée aux interventions implantaires. Elle est conçue pour être désinfectée totalement et travailler dans des conditions optimales.
Quelque soit l’intervention, simple ou complexe, nous avons le même protocole rigoureux de travail. Dans le sas, les patients enfilent des sur-chaussures, portent une charlotte pour les cheveux et l’équipe soignante s’habille en tenue stérile.
Le matériel utilisé dans cette salle est obligatoirement stérile ou à usage unique.

Led médical

Il s’agit de la Photo-bio-modulation en pré et post-opératoire.
Depuis les années 2000, les travaux de la Nasa sur la cicatrisation en apesanteur ont fait de la Led un outil médical précieux pour le traitement médical de la douleur et de la cicatrisation en chirurgie plastique.
Nous utilisons cette nouvelle technologie en lumière localisée ou en masque pour augmenter l’efficacité du plan de traitement et le confort des patients.

Principes :

  • Augmentation de l'activité vasculaire, de la perméabilité cellulaire : absorption de nutriments, élimination des déchets.
  • Augmentation de la phagocytose et de l'activité du système lymphatique : stimulation du système immunitaire
  • Stimulation du tissu conjonctif, de la production de collagène et d’élastine : processus de guérison des plaies.
  • Stimulation des Endorphines enképhalines : inhibition de la propagation du message douloureux.   
  • Réduction de l'excitabilité du tissu nerveux : effet antidouleur.
Piézochirurgie

Lorsque le volume osseux est insuffisant et nécessite un aménagement osseux, nous utilisons la piézochirurgie. Cette technologie permet à la fois une coupe micrométrique et douce offrant une précision chirurgicale optimum et une coupe sélective assurant ainsi une sécurité maximale pour les tissus mous comme les nerfs.

Imagerie 3D et Logiciel de planification

Pour connaître parfaitement votre mâchoire nous compléterons si besoin notre bilan par une radiographie tridimensionnelle que nous réalisons au cabinet.
Grace à un logiciel, nous réalisons les implantations virtuelles. Le volume osseux, les trajets des nerfs, le choix des implants ainsi que leur position exacte, leur axe et leur taille, tout est déterminé en amont de la chirurgie.
Cela permet d’éviter toute surprise lors de la découverte le jour de l’intervention et de raccourcir cette séance par une bonne planification. Une grande partie du travail est réalisée au préalable, ensuite le cerveau n’a plus qu’à guider notre main… Nous continuons à visualiser les repères et les mesures pendant la chirurgie.

Chrirurgie guidée

Nous utilisons des guides conçus et fabriqués par ordinateur pour réaliser une intervention plus rapide chez des patients sous anticoagulants, âgés ou avec certains traitements ou certaines pathologies.  
Les instruments sont guidés et stoppés à travers la gouttière.
Cela évite même parfois d’inciser la gencive. Les suites opératoires sont quasi inexistantes.

Le plus esthétique...

Faites-vous des injections esthétiques ?

Travaillant sur l’esthétique de l’étage inférieure du visage, nous devons avoir une vision complète.

Parfois, le relâchement musculaire, le manque de soutien des lèvres créent des ridules et des sillons. Pour les patients qui le souhaitent, après avoir restauré la situation dentaire, il nous est possible de peaufiner le résultat au niveau de la peau par des comblements à l’acide hyaluronique sur toute la région péribuccale.
L’acide hyaluronique est préféré au collagène car il réduit les risques d'allergies et dure plus longtemps (12 mois) tout en étant résorbable afin de réduire les risques d'un accident esthétique définitif.


Auteur : Dr Sepehr ZARRINE

Date : 6 Janvier 2016

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation.