Matériel

Microscope dentaire

Selon l'acte, la difficulté et la localisation de la dent à traiter, la vue du dentiste va pouvoir être épaulée par différentes aides :

• Un bon éclairage, les LED de l'éclairage du fauteuil et des instruments y pourvoient efficacement.

• Un grossissement : les loupes binoculaires éclairées ou non.

Cependant, dans certaines situations, même ces aides sont insuffisantes. Dans la discipline de l'endodontie, le praticien va devoir assainir les canaux des racines des dents. Quand l'indication est posée et que le soin est correctement réalisé ce traitement permet de maintenir des dents en bouche sur de très longues périodes.

Les canaux des racines sont des tubes complexes de souvent moins d'un dixième de millimètre, parfois cachés au fond d'une cavité (la chambre pulpaire). Voir devient alors capital pour mener à bien le traitement. Si les moyens conventionnels sont insuffisants, le praticien peut avoir recours au microscope opératoire qui lui permettra de mettre en lumière des zones jusque là invisibles.

L'empreinte numérique

Afin de fournir au laboratoire de prothèse un duplicata de la bouche le plus fidèle possible, les dentistes se sont toujours rapprochés des dernières technologies. Dès l'invention des silicones dans l'industrie chimique, c'est tout naturellement qu'on les a retrouvés dans la bouche des patients.
Cependant après avoir passé des années à améliorer les produits et automatisé leur préparation dès l'apparition des premières techniques de CFAO (conception et fabrication assistées par ordinateur) les dentistes ont cherché à utiliser cette technologie.
Depuis quelques années elle est enfin disponible et utilisée dans certains cabinets.
Elle augmente la précision et fiabilise la réalisation.
L'empreinte numérique permet d’intégrer la chaîne de fabrication numérique CFAO du laboratoire de prothèse dentaire avec simplicité.

La radiographie dentaire

Quelle que soit la spécialisation médicale, voir dans le corps humain par la radiographie a toujours permis de fiabiliser les diagnostics. En dentisterie les radiographies permettent de détecter les caries à des stades précoce, visualiser les éventuelles pertes osseuses…
Depuis quelques années les radiographies en 3D appelées conebeam permettent une reconstruction tridimensionnelle de toutes les zones osseuses de la bouche. Cet examen sera nécessaire en cas de recherche de foyers infectieux difficiles à localiser. De plus sa réalisation pour une préparation de traitement implantaire permet de fiabiliser le diagnostic et l’intervention.
L'utilisation des capteurs numériques a permis de diminuer de 90% la dose délivrée aux patients par ces examens.

L'air abrasion

L'air abrasion a deux fonctions : à faible pression, il peut supprimer les taches déposées sur les dents par des colorants tels que le tabac, le thé ou le café.

Il sera également possible à des puissances plus élevées d'éliminer de petites caries, sans utiliser la traditionnelle fraise, et sans douleur.

 

 

Led médical

Il s’agit de la Photo-bio-modulation en pré et post-opératoire.
Depuis les années 2000, les travaux de la NASA sur la cicatrisation en apesanteur ont fait de la Led un outil médical précieux pour le traitement médical de la douleur et de la cicatrisation en chirurgie plastique.
Nous utilisons cette nouvelle technologie en lumière localisée ou en masque pour augmenter l’efficacité du plan de traitement et le confort des patients.

Principes :

  • Augmentation de l'activité vasculaire, de la perméabilité cellulaire : absorption de nutriments, élimination des déchets.
  • Augmentation de la phagocytose et de l'activité du système lymphatique : stimulation du système immunitaire.
  • Stimulation du tissu conjonctif, de la production de collagène et d’élastine : processus de guérison des plaies.
  • Stimulation des Endorphines enképhalines : inhibition de la propagation du message douloureux.
  • Réduction de l'excitabilité du tissu nerveux : effet antidouleur.

 

Chirurgie guidée

Nous utilisons des guides conçus et fabriqués par ordinateur pour réaliser une intervention plus rapide chez des patients sous anticoagulants, âgés ou avec certains traitements ou certaines pathologies.  
Les instruments sont guidés et stoppés à travers la gouttière.
Cela évite même parfois d’inciser la gencive. Les suites opératoires sont quasi inexistantes.

 


Auteur : Dr Claude VEXLER

Date : 12 / 02 / 2016

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation.